dimanche 30 avril 2017

Les conférences, c'est fini

Si les conférences sont terminées, Cliclac reste ouvert une journée, ainsi que le village.


Deux photographes qui ferment les yeux, brièvement pour le premier, bien que leurs démarches soient différentes

Laurent Condominas

Vendredi, une conférence sur une expérience surprenante, un tout jeune photographe (18 ans) sans formation, ayant pratiqué avant et depuis un temps relativement court la photographie de mode, mais avec tout de suite une réelle réussite.


Au début mai 1968, il se retrouve par hasard là où il fallait être, avec seulement deux pellicules en poches et un boitier avec une focale fixe « normale », soit +/- un 50 mm et environ 60 vues en tout et pour tout. Pourtant, ses images non recadrées sont impressionnantes de maturité.


Présentant ce bref travail, il en profite pour faire une comparaison entre la photo de presse et la photographie de mode. Mais bien plus que cela, il analyse la construction des images, construction instantanée en photo de presse.


Accessoirement (?), c'est un autodidacte.


Pierre Delaunay


Un héritier (si nous avons bien noté), son père était déjà photographe, il a repris le studio familial à Ruffec. Il a été récompensé à de multiples reprises et travaillant en noir et blanc.
Il photographie les personnes en recherchant leur confiance en fonction de techniques élaborées qu'il a détaillées, tel aller au contact, les toucher.


Étrange, sans se cacher derrière son appareil, il détourne l'attention (de certains ?) de ses sujets avec un impressionnant diffuseur de lumière.
Il attache une importance aux couleurs, classant les personnes du printemps à l'hiver en fonction de leur colorimétrie, tout en refusant d'employer cette même couleur.


Il organise des stages, des formations et conseille de faire comme lui, de suivre de nombreuses cours.

La conférence s'est déroulée sans Alain Delmas, il n'y a pas eu de modération et la soirée s'est longuement prolongée avec la projection des photographies qui étaient visibles sur les murs de la ville.








jeudi 27 avril 2017

Présentation en duo

C'est à deux voix qu'Alan Cat et Prêle nous ont présenté cette série "suspeNues".


Alan nous a fait la genèse du projet en expliquant comment lui est venu l'idée de reprendre la technique circassienne du tissu aérien et la façon dont son projet s'est mis en place.

Puis Prêle nous a dit comment elle a mis sa technique de danseuse  au service de ce projet sans jamais avoir pratiqué le tissus aérien.

 Le travail de choix de lumière et de traitement de la photo d'Alan et la complicité et l'engagement de Prêle dans ce projet, nous donne une série toute en légèreté et douceur.
Une approche élégante de la photo de nue qui a mis plus d'un an à voir le jour et à être exposée.







mardi 25 avril 2017

Le show de Pierre Pédelmas

Beaucoup d'auditeurs, une bonne quarantaine de personnes présentent… si l'augmentation de l'assistance se poursuit, il faudra mobiliser la salle des fêtes.


Finalement, on a parlé beaucoup du parcours de Pierre Pédelmas et peu des paysans, et il a diverti son public sans aucun doute.


Il a étudié le monde paysan de son enfance, a établi des relations de confiance et partagé ses photographies avec ses sujets, des images en noir et blanc qui datent de plus de quarante ans.
Quand il a présenté ces images aux éditions Privat, quelques dizaines d'années plus tard, l'éditeur lui a proposé un beau chèque, mais il n'est pas reparti avec, il lui manquait les autorisations ! S'en est suivi une quête de plusieurs semaines, puis le livre fut édité, et réédité, un vrai succès de librairie.


Il a expliqué son arrivée en photographie, et décrit son parcours depuis sa nomination comme président du photo-club de son entreprise lorsqu'il s'est présenté avec ses premières images.
Ensuite, il a remporté de nombreuses récompenses, plusieurs centaines.


Il faut le reconnaitre, pour un photographe, c'est un bon client !

Ici, il nous explique qu'une dame âgée, mais en pleine forme, a négocié le prix éventuel à payer pour la photo qui est affichée derrière Pierre.




Des conférences qui se suivent…

Et ne se ressemble pas, mais très intéressantes.

Ambre de l'A/Pe


On a commencé avec Ambre de l'A/Pe et ses vues de Montagne. Des images qu'elle recherche, qu'elle attends, espérant nuages et lumières colorées.

 Ambre de l'A/Pe… un pseudo, évidemment


Un parcours avec un stage avec un photographe (autodictacte), Alexandre Deschaumes, et plus rien que des recherches personnelles. Elle vit de ses photographies.


Ambre crée des vues de montagne, se mettant parfois en scène et en robe, perchée sur des promontoires. Les couleurs sont surprenantes, mais réelles.

Suzanne Cagnat


Et poursuivi avec Suzanne Cagnat qui nous a expliqué la différence entre demoiselles et libellules.

Suzanne Cagnat

Ayant débuté par un stage auprès d'un spécialiste des libellules, c'est comme cela qu'il s'est fait connaitre, Gilles Martin (autodidacte). Ensuite elle a suivi une formation de photographe de trois années.
Elle ne vit pas de la photographie et ne s'intéresse pas seulement aux libellules !


Suzanne Cagnat produit des images diaphanes avec de la netteté que sur des plans limités, avec des couleurs douces et lumineuses.

Les débats étant conduits par Alain Delmas


Des conférences à suivre ce mardi, mercredi, vendredi et dimanche, toujours à 18H45 dans la salle Claudius Bonnet, à côté de la bibliothèque.

dimanche 23 avril 2017

Images de l'inauguration




Peu d'images, si vous en avez d'autres, elles sont les bienvenues !

On rajoute encore des images


Maison Duchêne

Avenue de Lascaux, sur la palissade proche de Lascaux


Un peu plus tard, quelques mètres plus loin.

À l'entrée du centre commercial, route des Eyzies

Du côté du cinéma et de ? , on ne sait pas encore comment cela s'appelle, va s'appeler




mardi 18 avril 2017

On s'affiche partout !


 Les grandes manœuvres ont débuté, on commence par l'affichage dans les rues et sur les quais ; ce qui n'est guère aisé avec un fort vent de nord-est !



La Terrasse de l'Amitié est déjà bien pourvue en photographies.




Sur le quai sous la place Tourny, quelques images sont déjà en place, mais il y a encore un grand nombre des piquets vides.



Sur le quai en face, cela s'agite, approchons-nous.


D'autres s'affairent près de la Vézère.




La suite dans les jours qui viennent.




lundi 17 avril 2017

Nouvel article dans Sud-Ouest et quelques photographies



Paru aujourd'hui dans Sud-Ouest le 17 avril 2017 :

Cliclac, dans la boîte


Préparation du lettrage le mardi 4 avril 2017



Conférence de presse du vendredi 7 avril 2017.


Préparation des tirages de l'exposition de l'Atelier le mercredi 12 avril 2017.


jeudi 23 mars 2017

Tous sur le pont !



Plus qu'un gros mois avant l'ouverture, mardi 14 mars, la plus grande partie des membres des ateliers de photographie numérique de l’Amicale laïque de Montignac (ALM) étaient réunis afin de préparer les prochaines rencontres photographiques Cliclac.



Il y avait à la fois Yannick Moigne qui dispense les cours d’initiation à la photo numérique, Alain Delmas qui à la charge du perfectionnement ainsi que nombre des adhérents à ces deux sections, soit 27 personnes.




Pour cette sixième édition de Cliclac, l’organisation est huilée avec quelques stages et des conférences et une nouvelle fois le village. Le programme est disponible en téléchargement et bientôt sur ce site.


lundi 27 février 2017

Cliclac s'exposera sur les murs de la ville

Pierre Delaunay, directeur artistique de Barrobjectif, avec Alain Delmas lors de la visite de la commune

Grâce à un partenariat avec Barrobjectif, un festival de photoreportages tout en extérieur avec des tirages géants à Barro, en Charente près de Ruffec, Cliclac va s'afficher encore plus sur les murs de la cité fin avril 2017. Le jeudi 9 février, Natalia Rodriguez, déléguée à la culture, a rencontré Pierre Delaunay, directeur artistique de Barrobjectif, avec Alain Delmas. Ensuite, l'équipe de Cliclac a présenté à Pierre Delaunay les lieux potentiels d'affichage dans la cité.


Cette palissade, avenue de Lascaux, ainsi que les grillages devant les écoles, mais aussi le parking P2 devraient recevoir de nombreuses photographies.


Si tout ce passe comme prévu, pourquoi pas ? De nombreux murs et palissades afficheront des reportages sur l'Inde, la Chine, le Rugby et autres sujets. De grandes surfaces de photographies égayeront la ville, depuis les abords de Lascaux jusqu'à la zone commerciale de la Pagésie.


Suivrons différents bâtiments du centre-ville, les rives de la Vézère, ainsi que ce monument emblématique de Montignac, le Bidon ! pour terminer sur les espaces extérieurs de la zone commerciale de la Pagésie.